Services de communication

La montée en puissance des services de communication OTT s’est tout d’abord accompagnée d’une forte concurrence avec les opérateurs télécoms, qui s’est peu à peu muée en “coopétition”. Les acteurs des services de communications OTT cherchent désormais à mieux monétiser leurs importantes bases d’utilisateurs via l’expansion de leur offre de services.

Un impact mesuré sur les revenus des opérateurs…

À première vue, les services de communication OTT sont une menace pour les opérateurs télécoms, dans la mesure où ils proposent les mêmes produits de messagerie (SMS et MMS) et appels voix et vidéo. L’IDATE DigiWorld estime cependant que la progression des services OTT ne contribue pas significativement à la baisse des revenus des opérateurs télécoms, qui se livrent une compétition acharnée (via les offres d’abondance) et pâtissent du contexte économique et réglementaire général (notamment sur le roaming).

… mais une nécessaire réaction vis-à-vis de l’évolution des usages

Face à ces nouveaux acteurs, les opérateurs ont développé cinq types de stratégies : le blocage, les offres groupées, les partenariats, le développement de leurs propres services OTT, la participation à l’initiative RCS. Le blocage, qui déplaît aux utilisateurs et suscite des débats sur la neutralité du Net, est désormais rare en Occident. Quelques pays d’Afrique et du Moyen-Orient ont encore des restrictions en place, même si le plus souvent les services OTT sont tolérés par les autorités. Les offres groupées et/ou d’abondance incluant voix et SMS semblent être une stratégie très efficace, qui compense en partie l’avantage que les OTT tirent de leur gratuité. Les offres en partenariat avec des acteurs OTT permettent également de se différencier et surtout de stimuler la consommation de données. Plusieurs MNO africains en proposent. Certains opérateurs comme Telefónica, ou un consortium d’opérateurs via l’initiative RCS en partenariat avec Google, ont par ailleurs tenté de développer leurs propres services OTT, mais ces initiatives semblent aujourd’hui perdre de la vitesse.

La diversification des OTT en suivant l’exemple de l’Asie/Pacifique

Au-delà de cette compétition devenue “coopétition” avec les opérateurs télécoms classiques, les acteurs OTT se concentrent sur l’élargissement de leur propre offre de services afin de consolider un modèle de revenus encore dépendant à plus de 60 % de la publicité. Les acteurs asiatiques sont particulièrement avancés dans ce domaine : en Chine, WeChat a lancé ses propres services de m-paiement, qui génèrent des revenus grâce aux commissions sur les transactions. Par ailleurs, la plateforme s’est positionnée en prévision de la croissance du marché de l’IoT dès 2014. Tencent a noué plusieurs partenariats avec des équipementiers et a lancé une plateforme permettant à ces derniers de lancer des produits connectés, en particulier pour la maison, pouvant être gérés via WeChat. En Corée du Sud, Kakao travaille au développement de solutions de blockchain et notamment à la création de sa propre cryptomonnaie. Ces marchés innovants émergents offrent donc des opportunités de croissance aux acteurs des services de communication OTT.

 
Les services OTT ne représentent qu'une fraction du marché des télécommunications
 
Une croissance homogène par région