Applications mobiles

Les applications sociales et de communication restent les applications mobiles les plus populaires. Parmi les principales applications mobiles figurent en bonne place celles des géants de l’Internet. En termes de génération de revenus, les achats in-app remplacent progressivement les applications payantes, et constituent désormais l’essentiel des revenus des applications mobiles.

Le développement du in-app

Le marché mondial des applications mobiles payantes devrait passer de 38 milliards EUR en 2017 à plus de 48 milliards EUR en 2021. Cette prévision inclut tous les modèles d’applications payantes (téléchargements, achats in-app, abonnements) mais exclut les marchés spécifiques de contenu (applications de musique, d’e-books et de vidéo). Les achats in-app constituent désormais la première source de revenus des magasins d’applications mobiles (40,3 % du total des revenus des applications mobiles dans le monde). Cela vient principalement d’une évolution vers le modèle freemium. En effet, près de 90 % des applications sont maintenant gratuites et, parmi les 10 % restantes, la moitié coûtent 1 €/$, voire moins. Les utilisateurs sont habitués au téléchargement d’applications gratuites, et payent pour une utilisation premium. Cette tendance est particulièrement accrue par la prévalence des applications de jeux mobiles, où les revenus générés par l’achat in-app ont augmenté de 14 % en 2017.

Une domination des grands leaders de l’Internet

Les grands acteurs OTT continuent de dominer le marché des applications mobiles, en termes de nombre d’utilisateurs actifs mensuels. Pour exemple, Google Maps, profitant du statut d’application préinstallée sur Android, figure depuis plusieurs années parmi les applications les plus utilisées. De plus, la majorité des applications les plus populaires appartiennent aux géants de l’Internet, après des acquisitions massives (Google est propriétaire de YouTube, Facebook d’Instagram et de WhatsApp). Si l’on exclut les applications préinstallées, les applications les plus populaires, sur les smartphones avec Android comme sur l’iPhone, sont les applications sociales et de communication, avec en tête Facebook, WhatsApp et WeChat. S’appuyant sur une vaste base d’utilisateurs, ces applications vont au-delà de leur usage initial ; elles sont de plus en plus utilisées par les entreprises, auxquelles elles offrent des solutions de ciblage précis et de services à la clientèle.

Le modèle payant perd du terrain sur mobile

Ces applications populaires ne se traduisent pas nécessairement par des revenus, tout au moins en dehors de la région Asie/Pacifique. Google et Facebook génèrent la majorité de leurs revenus (environ 90 %) via la publicité, leur priorité étant de fournir des services gratuits pour obtenir les données personnelles de leurs utilisateurs et améliorer leurs propositions de publicités ciblées. En conséquence, le modèle de financement des applications gratuites par la publicité cannibalise de plus en plus celui des applications payantes dans les revenus des applications mobiles. La tendance devrait se poursuivre jusqu’en 2021 ; la part des revenus générés par les applications payantes dans les revenus totaux des applications mobiles représentera moins de 20%, contre 80 % en 2012.

 
Les achats in-app représentent désormais la principale source de revenus des applications mobiles
 
Les revenus des applications mobiles payantes diminuent dans la plupart des régions