Services télécoms

Avec une progression annuelle tout juste supérieure à 1 % en 2017, les marchés mondiaux des services de télécommunications restent sous pression. La légère embellie mesurée au niveau global provient pour l’essentiel de la reprise en Europe, après plusieurs années de récession : une reprise au demeurant timide et relative !

Une hirondelle ne fait pas le printemps… Le retour à la croissance des marchés des services de télécommunications en Europe en 2017 mérite tout de même d’être salué. Il ne s’agit certainement pas d’un retour en force ; la dynamique reste inférieure à la moyenne mondiale et les perspectives à moyen terme sont assez contraintes. Il faudra ainsi de très nombreuses années avant de remonter les quelque 12 % de revenus “perdus” depuis la fin de la décennie 2000. En outre, si le marché nord-américain est à son tour en recul depuis deux ans, les performances du secteur outre-Atlantique restent très supérieures à celles du Vieux Continent : ramenés à la taille des deux régions, les revenus comme les trafics, ou encore les investissements, sont dans un rapport de 1 à 2, voire plus.

Un ralentissement de la dynamique dans les marchés émergents

Dans les autres régions du monde, la croissance reste plus soutenue, même si, dans les marchés émergents notamment, la dynamique ralentit mécaniquement dès lors que l’effet volume s’estompe. Autrement dit, les ARPU, souvent faibles dans ces régions, ne parviennent pas à décoller : les contraintes de pouvoir d’achat, les pressions concurrentielles, parfois la qualité de service, limitent les dépenses des consommateurs. En Afrique subsaharienne en particulier, la croissance, à deux chiffres au long des années 2000 en écho à la rapide montée en charge du mobile, est “tombée” à 8 % au cours de la première moitié des années 2010 et ne devrait pas dépasser 5 % sur la seconde moitié. En Asie/Pacifique, on observe un phénomène semblable, y compris dans les deux pays-continents de la zone, avec un ralentissement très marqué en Chine et un fléchissement en Inde.

La substitution des données à la voix

Par segment, la chute de la téléphonie fixe traditionnelle se poursuit à marche forcée : -7 % en moyenne annuelle et des revenus qui pèsent moins de 13 % du marché total des services de télécommunications en 2017 ! Les services de données fixes, accès Internet et réseaux d’entreprise, conservent à l’opposé une dynamique soutenue (+4.5 % l’an passé) et compensent désormais les “pertes” du premier, avec une contribution positive à la croissance pour l’ensemble du segment fixe. Les revenus des services mobiles évoluent quant à eux sur une trajectoire assez régulière et… plate : +1.7 % en 2017 et entre +1 % et +2 % régulièrement depuis 2014 ainsi qu’en prévision de moyen terme.

 
Une croissance toujours au ralenti
 
Les opérateurs nord-américains plus que jamais aux avant-postes
* fiscal year ended March 31, 2017
Source: IDATE DigiWorld in "World telecom markets & players"