L’économie numérique

Avec une progression de 4,7 % en 2017, les marchés mondiaux du DigiWorld poursuivent leur marche à rythme régulier, mais en retrait sensible par rapport à la croissance de l’économie dans son ensemble. Surtout, après un brusque ralentissement en 2014, la dynamique en valeur des services des TIC a bien du mal à accélérer.

Une croissance non alignée sur la reprise économique mondiale

Si le déploiement des infrastructures de communications électroniques et le développement des usages créent de la valeur pour l’économie en général, force est de constater que l’un et l’autre n’évoluent pas en parallèle. En 2015 et 2016, les marchés des TIC mondiaux accéléraient la cadence tandis que la croissance de l’économie globale se réduisait. Durant ces deux années, la croissance des premiers a d’ailleurs été égale, voire supérieure, à celle de la seconde. Avec une augmentation de 4,7 %, la performance des marchés du DigiWorld en 2017 nous ramène vers le schéma qui avait prévalu au cours des six ou sept années précédentes, un rythme inférieur de 1 à 2 points en moyenne à celui du PIB mondial (en valeur courante). Un retrait qui peut en partie s’expliquer précisément par les gains de productivité apportés par les nouvelles solutions de transmission de données ou de traitement de l’information.

Des gains de productivité au profit des consommateurs

Les progrès technologiques, la pression concurrentielle, les économies d’échelle ou d’envergure ne cessent de promouvoir des solutions de moins en moins chères et de plus en plus performantes. Dans tous les secteurs, ces avancées permettent d’automatiser, d’apporter de l’agilité, en un mot de créer de la valeur. En un cercle vertueux, les industries des TIC sont d’ailleurs les premières à bénéficier de ces améliorations, de sorte que, plus que tout autre secteur, elles ont pu les traduire en économies internes, au bénéfice du consommateur, individu ou entreprise. Toutes les études sur les évolutions de prix convergent pour montrer que les prix hédoniques dans le secteur ont reculé beaucoup plus vite que dans les autres secteurs : la plupart du temps, on peut même parler de chute tandis que les prix des autres utilities (énergie, transports) ont eu tendance à augmenter.

Un poids économique très inégal selon les régions

À 4,6 % du PIB mondial en 2017, les marchés du DigiWorld voient ainsi leur poids diminuer très légèrement année après année. Surtout, les situations sont très variées selon les régions. En Amérique du Nord, les services numériques comptent pour une part plus significative de l’économie (6,3 % du PIB de la région), alors qu’en Amérique latine et en Afrique/Moyen-Orient ils sont très en retrait (3,4 % et 3,5 % respectivement). Ce qui est frappant est que, dans ces dernières régions, le poids relatif des TIC pourrait diminuer aussi le plus significativement dans les prochaines années.

La méthode d’évaluation des prix hédonique est basée sur le fait que les prix des biens dans un marché sont affectés par leurs caractéristiques. Un prix hédonique est un prix calculé à partir de l’ensemble des caractéristiques d’un produit.

 
Une croissance régulière mais modérée
 
Le marché du DigiWorld croît moins vite que l'économie dans son ensemble