Satellites nouvelle génération

Innovation et concurrence pour mieux changer

par Basile CARLE

Depuis quelques années, le marché des communications par satellite est en profonde mutation sous l’effet d’innovations technologiques et de mouvements concurrentiels, qui permettent aux coûts des communications satellitaires de continuer à baisser. À l’heure du déploiement de la 5G, le satellite doit plus que jamais se repenser. D’anciennes approches, autrefois difficilement exploitables, refont surface aujourd’hui dans ce nouveau contexte mais restent des paris risqués.

Le coût des communications continue de baisser

Depuis plusieurs années maintenant, l’avènement des systèmes satellites HTS en bandes Ka et Ku ont permis de faire baisser sensiblement le coût des solutions satellitaires. Mais dans un contexte de concurrence accrue sur les prix et de risque de surcapacité, de nouvelles approches sont recherchées. Les projets de constellations en orbite basse ont concentré l’intérêt de nouveaux acteurs, espérant bouleverser sensiblement le marché grâce à une approche low-cost faisant l’impasse de la durabilité au profit d’un remplacement plus fréquent des satellites. Après l’effervescence des débuts et la multiplication des projets après 2015, les premières “rationalisations” commencent à s’opérer. Dans ce contexte difficile, les acteurs établis ayant une assise financière solide et l’expérience du spatial sont mieux placés pour mener leur projet et développer eux aussi leur approche alternative/complémentaire du spatial.

Une complémentarité réelle mais pas totale entre orbites

Concurrence et complémentarité entre acteurs LEO et GEO

schema
Source : IDATE DigiWorld in "IoT in the NewSpace era"

Des acteurs fragilisés

Si 2019 a été l’année des premiers satellites lancés pour Starlink et OneWeb, 2020 est celle des premières difficultés avec la faillite de OneWeb, alors qu’Intelsat (GEO) pourrait aussi faire faillite prochainement, mais aussi potentiellement SpaceX en cascade. Des acteurs plus solides financièrement pourraient donc tirer leur épingle du jeu. Sur le marché grand public, Viasat, qui s’apprête à lancer Viasat-3 entre 2021 et 2022 (1 Tbps de capacité x3) ou Amazon, avec ses reins solides et son projet Kuiper, sont à considérer avec attention. Sur le segment des entreprises, Telesat, opérateur canadien avec son projet de moyenne constellation LEO, ou SES avec la prochaine génération de sa constellation MEO, pourraient bien faire la différence, alors que Leosat semble avoir cessé toute activité.

Une concurrence accrue, mais un avenir incertain

Principaux projets de méga constellations de satellites en orbite basse en course pour la fourniture de haut débit

schema
Source : IDATE DigiWorld in "IoT in the NewSpace era"

Vers plus de flexibilité

S’il est difficile de ne pas évoquer le foisonnement de projets de constellations LEO comme une tendance majeure, il ne faut pas occulter les changements fondamentaux qui les sous-tendent. Propulsion électrique, fabrication en série, recours à des imprimantes 3D, développement de nouvelles antennes ou encore softwarisation des satellites, sont autant de facteurs de transformation. À la clé, une plus grande flexibilité pour gérer des constellations de plus en plus complexes, sur plusieurs orbites, en répartissant les charges dynamiquement. De gros satellites hyperpuissants peuvent être conçus (Viasat3, Eutelsat Konnect VHTS), pouvant gérer dynamiquement des milliers de faisceaux reconfigurables, mais l’important est d’offrir la capacité la plus adaptée aux besoins et au bon coût, tout en gérant les nouvelles problématiques de sécurité que ces approches engendrent.

La logistique représentera le segment plus important du marché de l'IoT par satellite

Évolution de la part du segment logistique dans le nombre total d'objets connectés avec un module satellite

Source : IDATE DigiWorld

Focus sur le satellite bas débit

Si l’on s’intéresse souvent à la montée en débit des satellites fixes, les solutions de mobilité opèrent aussi leur évolution. Mobilité ici s’entend par la capacité d’intégration plus que par la mobilité de l’utilisateur. Il s’agit de solutions autonomes dotées d’un encombrement et d’une consommation énergétique réduits et des fréquences dédiées. Les acteurs de ce marché, Iridium, Inmarsat, Thuraya, Globalstar et Orbcomm, voient aujourd’hui se développer de nouveaux prétendants. Ces acteurs cherchent à développer une approche low-cost grâce à des constellations de nano satellites “jetables” (très) bas débit et à bas coût. Ces solutions ciblent des marchés tels que l’agriculture connectée ou la logistique, où l’absence de continuité de couverture et de prix abordables est un réel souci. Les premières offres commerciales de ces acteurs pourraient voir le jour en 2022, même si certaines sont partiellement opérationnelles. Les acteurs historiques, quant à eux, devraient se concentrer sur les applications à forte valeur ajoutée.

Pour accéder à l'intégralité des contenus,

merci de vous identifier ou de créer votre compte.

Se connecter

Votre accès vous donne droit à la version en ligne pour un accès à la totalité des contenus interactifs (chiffres clés, infographies, points de vues d’experts) disponibles sur tous vos supports : tablette, ordinateur, smartphone.

S'inscrire

Mot de passe oublié

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Indiquez votre email pour recevoir le lien de réinitialisation.