Numérique aux États-Unis

Priorité à l’innovation du privé et aux marchés

par Vincent BONNEAU

Les États-Unis sont les leaders du secteur numérique. La croissance phénoménale des services OTT se traduit par un marché en passe de devenir le premier marché numérique d’ici cinq ans. L’essentiel du marché est capté par quelques acteurs nord-américains et chinois, proposant tous une large gamme de services autour d’une place de marché supportée par une plateforme technologique, avec de plus en plus des services payants ou transactionnels.

Une monétisation très avancée des services numériques

Le marché numérique nord-américain, estimé à 1 244 milliards EUR en 2019, est le plus développé au monde. Avec une croissance attendue de plus de 4 % dans les prochaines années, il devrait le rester au moins jusqu’en 2027. Distancés par l’Asie/Pacifique dans les secteurs télécoms (avec un marché déjà en déclin) et OTT, grâce toutefois à l’effet taille du continent, les États-Unis sont très dominants dans les contenus numériques et surtout dans l’IT et le logiciel, grâce à une informatisation nettement plus avancée dans le B2B. Ils sont en particulier très efficaces en termes de revenus par utilisateur (publicité, télécoms, terminaux…), avec une forte capacité à valoriser des services premium pour le grand public. Cette monétisation permet de financer les innovations qui sont ensuite diffusées dans le reste du monde.

Le marché des services Internet double en six ans !

Évolution du marché des services numériques en Amérique du Nord, par segment

Source : IDATE DigiWorld

Des champions dans quasiment tous les domaines du numérique

L’écosystème américain regorge de leaders dans le secteur du numérique, en particulier dans le segment du logiciel et de ses dérivés dans les services IT et en ligne, avec les grands acteurs OTT mais aussi une grande partie des licornes (start-up à forte valorisation). Mais les États-Unis disposent de champions dans d’autres secteurs, notamment dans les contenus numériques (Disney) ou l’électronique grand public premium (Apple). Tous ces acteurs se développent sur le marché domestique, mais sont aussi très présents à l’international, où ils sont souvent les leaders. Les États-Unis jouent un rôle plus modeste dans les télécoms. Les opérateurs américains sont puissants mais peu présents à l’international (seulement en B2B, et au Mexique depuis peu pour AT&T) et le pays ne compte aucun équipementier majeur dans le domaine des équipements télécoms mobiles.

Les États-Unis concentrent plus de la moitié des méga-licornes dans le monde

Classement des "licornes" de plus de 10 milliards USD

Source : CB Insights, February 2020

Une influence gouvernementale très modeste sur le marché

La puissance numérique des États-Unis s’appuie d’abord sur ses acteurs privés, qui profitent d’un système de financement très avancé et d’un environnement académique de pointe. La régulation en amont est par ailleurs nettement plus modeste que dans d’autres régions du monde (sauf dans quelques États comme la Californie ou autour du « Patriot Act »), même si les pouvoirs de sanction a posteriori sont colossaux (FTC, FCC, anti-trust…). Le gouvernement laisse donc globalement plus de liberté à l’innovation économique, et joue toutefois un rôle via le financement de la recherche dans les domaines académiques et surtout militaires, hier avec l’Internet, demain avec l’intelligence artificielle. Son influence internationale se réduit progressivement, notamment sur le contrôle de l’Internet (ICANN), mais reste forte.

Les États-Unis concentrent les investissements privés

Part des investissements en capital risque des États-Unis dans les pays de l'OCDE

Source : OCDE

Les OTT comme fer de lance du numérique américain ?

Les grands leaders de l’OTT sont devenus les plus grosses entreprises en termes de R&D, tous secteurs confondus, et fournissent au marché une grande partie des innovations (services, modèles économiques), aussi bien pour le grand public que sur les marchés B2B, via notamment le cloud. Ils profitent aussi de leur trésorerie et de leur valorisation gigantesque pour acquérir de nombreuses start-up et même leurs concurrents les plus sérieux, en local comme à l’international. Leur influence est telle qu’ils sont parfois perçus comme des États eux-mêmes dans le concert international, dépassant largement le cadre américain. Le développement de Libra (Facebook) est l’un des mouvements emblématiques qui illustre cette préoccupation. Plus largement, cela suscite de nombreuses initiatives de réglementation, combattues à l’étranger par le gouvernement (comme la taxe sur les géants du numérique), mais qui se développent aussi aux États-Unis (par exemple, le: statut des travailleurs Uber).

Pour accéder à l'intégralité des contenus,

merci de vous identifier ou de créer votre compte.

Se connecter

Votre accès vous donne droit à la version en ligne pour un accès à la totalité des contenus interactifs (chiffres clés, infographies, points de vues d’experts) disponibles sur tous vos supports : tablette, ordinateur, smartphone.

S'inscrire

Mot de passe oublié

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Indiquez votre email pour recevoir le lien de réinitialisation.