Set-Top Boxes

La fin des Set-Top Boxes n’est pas pour aujourd’hui

par Prune ESQUERRÉ

Avec l’évolution rapide des modes de consommation de contenus vidéo, notamment en streaming, l’avenir des STB (ou décodeurs TV) proposées par les opérateurs télécoms, semble compté. Pourtant, face à l’exigence d’une expérience client unifiée, d’un accès aux contenus sécurisé, de nouvelles fonctionnalités pour la maison connectée, la disparition des STB apparaît encore éloignée.

Un marché des STB en lien avec l’évolution de la TV payante

Le marché des STB est évalué à 16 milliards EUR en 2018, soit un taux de croissance annuel moyen attendu de 3,5 % entre 2018 et 2025. La croissance est notamment alimentée par l’évolution des usages et des technologies (HD, 4K, stockage, box hybride…).

Pour autant, la situation est contrastée d’une zone à une autre. Alors que l’Asie est un marché porteur (notamment en Chine ou en Inde, sous l’impulsion des autorités de régulation), les États-Unis et l’Europe affichent une croissance plus modérée.

Le marché des STB est en effet lié aux évolutions de la TV payante : bon nombre d’opérateurs ont du mal à résister à la vidéo OTT et au cord-cutting, en particulier aux États-Unis. Les abonnements à des services de vidéos en streaming (Netflix, Amazon, Disney) ou le streaming gratuit financé par la publicité (YouTube, Facebook Watch) concurrencent les offres des opérateurs.

Un marché des STB en croissance modérée

Évolution du marché des STB dans le monde

Source : IDATE DigiWorld in "Operators' STB strategies"

Une chaîne de valeur remaniée par les nouveaux entrants

Les équipementiers STB ont évolué depuis l’apparition de la TV numérique dans les années 2000, que ce soit en matière de composants ou d’équipements. Après un mouvement de concentration qui a conduit le français Technicolor à racheter la partie décodeurs et modems de l’américain Cisco en 2015 et l’américain Arris à racheter le britannique Pace en 2016, l’arrivée de nouveaux entrants comme Apple, Google ou Roku en tant que fabricant d’équipement, rebat les cartes du secteur, tout en abaissant le niveau de concentration.

Côté middleware et software, on constate également une évolution d’un environnement propriétaire (OS et applications propriétaires des opérateurs télécoms dans les années 2000) à un environnement ouvert à des applications tierces (OS Linux, Android, applications tierces).

Force est d’ailleurs de constater la multiplication des applications et la “softwerisation” des STB.

Des nouveaux entrants qui mettent la chaîne de valeur des STB sous tension

Évolution des acteurs sur la chaîne de valeur des STB depuis les années 2000

schema
Source : IDATE DigiWorld in "Operators' STB strategies"

Les opérateurs télécoms font de la résistance

Dans un contexte de marché concurrentiel avec la multiplication des offres OTT, les opérateurs télécoms ont mis en place des stratégies de riposte.

À côté d’une stratégie d’intégration verticale consistant à proposer des contenus vidéo exclusifs à prix fort (droits audiovisuels des événements sportifs, par exemple), l’autre option est de se constituer en plateforme de contenus en propre et en OTT, afin d’éviter une désintermédiation probable. De plus en plus d’opérateurs proposent un accès à Netflix ou à l’Android TV.

Avec la profusion de contenus, l’expérience utilisateur devient un élément de différenciation clé, notamment la recommandation intelligente (un des atouts de Netflix ou YouTube) ou l’ajout de la commande vocale.

Enfin, les opérateurs se diversifient progressivement vers la maison connectée en proposant de plus en plus des packs sécurité ou domotique.

Netflix a accès à plus de 300 millions de foyers

Nombre d'abonnés Pay TV ayant accès à Netflix via leur STB dans le monde

Source : Ampere Markets

Les STB “repeintes en vert”

Les STB n’échappent pas à la tendance environnementale actuelle.

En France, en octobre 2019, Orange lançait sa Livebox 5, un mix entre performance (2 Gbit/s descendant) et écologie, avec une empreinte carbone réduite de 29 % (coque 100 % recyclée et recyclable, consommation électrique réduite de 17 %).

Les américains AT&T et Comcast, qui ont signé l’accord “Set-Top Box Voluntary Agreement” en 2013 (renouvelé en 2018), ne sont pas en reste. Cet accord a notamment permis de réduire la consommation annuelle d’énergie des STB américaines de 39 % en 6 ans (selon un auditeur indépendant) soit une économie de 5 milliards USD en dépenses électriques et une baisse de 28,6 millions de tonnes d’émissions de CO2.

Pour accéder à l'intégralité des contenus,

merci de vous identifier ou de créer votre compte.

Se connecter

Votre accès vous donne droit à la version en ligne pour un accès à la totalité des contenus interactifs (chiffres clés, infographies, points de vues d’experts) disponibles sur tous vos supports : tablette, ordinateur, smartphone.

S'inscrire

Mot de passe oublié

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Indiquez votre email pour recevoir le lien de réinitialisation.